Skip to main content

An: Président de la Confédération, Guy Parmelin

Boycott des Jeux olympiques d'hiver de 2022 à Pékin

Boycott des Jeux olympiques d'hiver de 2022 à Pékin

Monsieur le Président de la Confédération,

- N’envoyez aucune délégation officielle suisse à Pékin et boycottez diplomatiquement les Jeux olympiques d’hiver 2022 en raison des graves violations des droits humains.

- Invitez Swiss Olympic à déclarer comment elle s’engage à garantir le respect des droits humains de ses athlètes, avant et pendant les Jeux olympiques 2022, et comment elle sensibilise ses athlètes à la situation en Chine.

- Prenez contact avec le Comité international olympique (CIO) pour aborder la question du respect des droits humains pendant les Jeux olympiques et enjoignez le CIO à rédiger, avant le Jeux, un rapport avec force obligatoire sur les mesures prévues à cet effet.

Warum ist das wichtig?

Après avoir déjà organisé les Jeux olympiques d’été à Pékin en 2008, la Chine prépare maintenant les Jeux d’hiver 2022. Et cela en dépit du fait que la situation des droits humains en Chine se soit massivement détériorée et que la République populaire n’ait pas tenu ses promesses en matière de respect des droits humains en 2008 déjà. Tous les espoirs et les attentes du CIO et de la communauté internationale, dont la Suisse, que l’attribution des Jeux à Pékin puisse amener une amélioration de la situation des droits humains ont été amèrement déçus.

- En signe de protestation contre l’oppression chinoise et les Jeux olympiques de Pékin, des manifestations eurent lieu dans tout le Tibet en 2008. Elles furent réprimées dans le sang par les forces de l’ordre chinoises. Et eut pour conséquence de massivement renforcer l’appareil de surveillance et de répression au Tibet.

- Depuis 2009, plus de 150 Tibétain-e-s se sont immolé-e-s par le feu en signe de protestation contre la répression et l’occupation illégale chinoises au Tibet. Plus d’un demi-million de Tibétain-e-s sont victimes de travail forcé. Et plus d’1 million de nomades tibétain-e-s déplacé-e-s de force.

- Au Turkestan oriental, plus d’1 million d’Ouïghour-e-s et membres d’autres communautés musulmanes sont emprisonné-e-s dans des camps de rééducation, soumis-es à un endoctrinement politique et victimes de graves violences, telles que viol, torture et stérilisation forcée. Les personnes emprisonnées sont contraintes au travail forcé sur des sites industriels. Les USA, la Grande-Bretagne, le Canada et les Pays-Bas, ainsi que des expert-e-s indépendant-e-s, ont ainsi conclu qu’un génocide du peuple ouïghour y est actuellement en cours.

- A Hong Kong, les droits fondamentaux ont été considérablement restreints lors de l‘introduction de la nouvelle loi sur la sécurité nationale. La liberté de presse et d’opinion, mais aussi l’indépendance de la justice, sont directement attaquées.

Wie die Unterschriften übergeben werden

Remise personnelle fin août

Neuigkeiten

2021-06-09 13:05:37 +0200

https://youtu.be/-ZRj7QLhQlM

2021-06-09 13:03:40 +0200

https://gstf.org/wp-content/uploads/2021/06/BernPetition-3_klein-1536x1024.jpg

2021-06-09 13:03:12 +0200

Parmi les premiers signataires figurent quatre conseillers nationaux. Voici leurs déclarations sur leur signature :
- NR Fabian Molina : "Le gouvernement chinois viole gravement les droits de l'homme. Il n'est pas acceptable que la Suisse offre au gouvernement chinois une plateforme non critique dans le cadre des Jeux olympiques et fasse semblant que tout va bien. La Suisse et le Comité international olympique ont la responsabilité de faire en sorte que la Chine respecte les règles internationales. Et c'est pourquoi je signe la pétition".
- NR Nicolas Walder : "Je signerai la pétition car les droits de l'homme ne sont pas facultatifs. Elle doit être une condition préalable à l'organisation des Jeux olympiques. Et il est impensable que nos pays soient diplomatiquement représentés aux Jeux dans un État qui bafoue les droits de l'homme comme la Chine. Donc, oui, nous devons boycotter les Jeux olympiques de Pékin 2022".

2021-06-09 13:02:38 +0200

- NR Christine Badertscher : "Je signe la pétition car le respect des droits de l'homme est obligatoire et tant que ce n'est pas le cas, le Conseil fédéral doit boycotter diplomatiquement les Jeux olympiques. "
- NR Nik Gugger : "Je signe cette pétition pour que le Conseil fédéral sache que je souhaite qu'il agisse plus courageusement dans le dossier de Pékin et des Jeux olympiques."