Skip to main content

An: Simonetta Sommaruga, directrice du DETEC, et Guy Parmelin, directeur du SECO

Pas d'accord de libre-échange entre la Suisse et le destructeur de l'Amazone Bolsonaro!

Nous avons remis la pétition le jeudi 30 août à Berne.

Voir la vidéo de la remise des signatures 👇
https://vimeo.com/356830636

L'Amazone est en feu! Raison pour cela: Déforestation illégale et brûlis.

La Suisse est sur le point de conclure un accord de libre-échange qui permettra d'accroître les exportations brésiliennes de viande et de soja et de promouvoir ainsi la déforestation!

Nous exigeons que la Suisse ne conclue pas un accord de libre-échange avec l'état du Mercosur Brésil, qui ne contienne aucune sanction efficace contre les violations des droits de l'homme ou le non-respect de normes environnementales et sociales strictes pour tous les pays du Mercosur!

Warum ist das wichtig?

La Suisse négocie actuellement un accord de libre-échange avec les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Selon les médias du 22 août, les pays sont sur le point de parvenir à un accord sur le pacte commercial - un initié a même rapporté que " les communiqués de presse ont déjà été écrits"! ¹

Il est non seulement écologiquement et éthiquement irresponsable de conclure un accord de libre-échange avec Bolsonaro, mais cela n'a aucun sens d'un point de vue économique: l'accord ne ferait qu'alimenter le changement climatique. Les coûts engendrés en Suisse par le réchauffement climatique sont incomparables aux bénéfices à court terme.

Il est non seulement écologiquement et éthiquement irresponsable de conclure un accord de libre-échange avec Bolsonaro, mais cela n'a aucun sens d'un point de vue économique: l'accord ne ferait qu'alimenter le changement climatique. Les coûts engendrés en Suisse par le réchauffement climatique sont incomparables aux bénéfices à court terme.

La forêt amazonienne est la plus grande forêt tropicale du monde. Sa fonction la plus importante: avec ses milliards d'arbres, il retient les gaz à effet de serre équivalents à 140 ans d'activité industrielle. S'ils étaient libérés, ce serait l'équivalent d'une "bombe à CO2". 60 pour cent de la forêt vierge se trouve au Brésil. Le président brésilien Jair Bolsonaro a considérablement augmenté la déforestation en Amazonie depuis son arrivée au pouvoir. Rien qu'en juillet, la déforestation a augmenté de 278 % par rapport au mois précédent. Selon les chercheurs, la déforestation illégale et les brûlis sont aussi les déclencheurs des incendies de forêt destructeurs. ²

Grâce aux accords de libre-échange, les pays du Mercosur veulent exporter davantage de produits agricoles vers la Suisse - principalement du soja et de la viande¹ - et l'accord de libre-échange suisse a donc une influence directe sur la déforestation en Amazonie - qui va continuer à augmenter grâce à l'augmentation des exportations agricoles!

Pour toutes ces raisons, il est absolument irresponsable de la part de la Suisse de conclure un accord de libre-échange avec le Brésil qui ne prévoit aucune sanction efficace contre les violations des droits de l'homme ou contre le non-respect de normes environnementales et sociales strictes.

🇩🇪 Deutsche Version: https://act.campax.org/p/schweiz-brasilien
🇮🇹 Versione italiana: https://act.campax.org/p/svizzera-brasile

État actuel des signatures de toutes les versions de langues : https://act.campax.org/efforts/save-the-amazon

Neuigkeiten

2019-08-28 09:06:02 +0200

C'est maintenant ou jamais! La critique internationale des accords de libre-échange avec le Brésil et les autres pays du Mercosur se fait de plus en plus entendre! En quelques jours, la pétition "Pas d'accord de libre-échange suisse avec le destructeur de l'Amazone Bolsonaro!" a été signée plus de 60'000 fois. Il nous faut maintenant augmenter la pression sur notre gouvernement: Le jeudi 29 août, à 13 h 30, nous présentons donc la pétition au Conseil fédéral. Détails et inscription pour la remise de la pétition 👉 https://www.campax.org/fr/evenement/remise-de-la-petition-pas-daccord-de-libre-echange-entre-la-suisse-et-le-destructeur