An: Au conseil municipal de la ville de Zurich

Non à l’espace de virage pour camions sur le Juch-Areal

Deutsch: https://act.campax.org/p/juch-bleibt
English: https://act.campax.org/p/juch-bleibt-en
Español: https://act.campax.org/p/juch-bleibt-es
Türkçe: https://act.campax.org/p/juch-bleibt-tr
عربي: https://act.campax.org/p/juch-bleibt-ar

En plein milieu de la crise du COVID19, la ville de Zurich veut démolir l’espace d’habitation et culturel nommé Juch, un lieu autogéré. L’espace ainsi obtenu sera ensuite remplacé par une place de stationnement pour le bétonnières du grand chantier adjacent et cela pour une durée de 2 ans et demi. Le groupe HRS Real Estate qui gère le chantier prétend avoir besoin de plus de place pour ses installations.
Ile est pourtant plus probable que ce plan d’utilisation découle d’un accord de back-room pour régler un différend d’assurance entre les deux parties.

La pétition:
Les soussignées demandent avec insistance:

Ni déblaiement ni démolition de la zone Juch au profit des installations du chantier HRS Real Estate!

La zone appartient à la ville. La ville appartient aux gens qui y vivent.

Par conséquent, toute nouvelle utilisation de la zone doit bénéficier à tous les résident de la ville et ne devrait pas être un accord opaque en faveur d’un géant de la construction.

La pétition est soutenue par:
- Elena Marti, Gemeinderätin Grüne
- Jasmin Pokerschnig, Kantonsrätin Grüne
- Luca Maggi, Gemeinderat Grüne
- Markus Kunz, Gemeinderat Grüne
- Laura Huonker, Kantonsrätin AL
- Christina Schiller, Gemeinderätin AL
- Nicola Siegrist, Kantonsrat SP
- Christine Seidler, Gemeinderätin SP
- JUSO Stadt Zürich

Warum ist das wichtig?

Pourquoi c’est important:

L’areal Juch est un espace autogéré à Zurich-Altstetten. Juste à côté se trouve le chantier exploité par le groupe HRS Real Estate S.A. pour la future Swiss Life Arena.
Le site est la propriété de la ville de Zurich et a été utilisé par l’AOZ comme projet pilote pour le Nouveau Centre Fédéral Pour L’Asile jusqu’à l’été 2019.

Après cela, il est resté vide jusqu’à son occupation le 21 octobre 2019.

Un espace de vie et d’activités culturelles a été créé sur le site et dans les baraques, là où pendant les années soixante les travailleurs et travailleuses saisonnières et plus tard les personnes en procédure d’asile étaient enfermées et administrés.

La vie est organisée conjointement par les usagers et les résidentes.
Il y a des structures communes et librement accessibles sur le site:
Des ateliers (sérigraphie, bois et métal etc.), un magasin de vêtement gratuit, une bibliothèque, des salles de réunion, une salle de répétition, un studio radio et une salle de concert. Et tout les jeudi un dîner pour tous et toute.

Pour tout le monde sur place, et en particulier pour les personnes issues de l’exode ou de la migration, le Juch Areal est un des rare lieux où ils et elles peuvent se rencontrer, sans obligation de consommation.

Or, le 20 avril, en pleine crise du COVID-19, la direction de l'immeuble a informé par écrit les squatters* qu'ils devaient quitter les lieux dans un délai de 4 jours, donc le vendredi 24 avril à minuit.

Sur demande, aucun commentaire n'a été fait sur les plans concrets d'utilisation future, qui selon l'avis sur l’occupation de la ville de Zurich sont nécessaires pour l'expulsion, et aucun commentaire n'a été fait sur l'utilisation future du site.
D'autres organismes publics, comme le conseil municipal, n'étaient pas au courant.

Seulement par la pression politique et l'attention des médias ainsi que par des actions de solidarité de la population civile,
le dernier jour avant l'expulsion annoncée, le département social à pu être persuadé d'annoncer l'utilisation future et de une prolongation de la période d'expulsion jusqu'au 22 mai 2020.

Les raisons du secret initial de la ville concernant les plans de la zone sont donc également devenues évidentes.

Le communiqué de presse publié par le Département social de la ville de Zurich le 24.4.2020 indique
"En raison de l'exiguïté du chantier
l'entrepreneur général mandaté par la ZSC (HRS Real Estate) est intéressé par l'utilisation du site voisin (site Juch) pour les installations du site pendant une période d'environ 2,5 ans jusqu'à la fin de la construction.
à louer à la ville".

L'espace de vie et de culture doit faire place à deux ans et demi d'installations de chantier.
Cette procédure équivaut à une démolition de stock et est très éloignée des bonnes pratiques antérieures de la ville de Zurich en matière de traitement des immeubles occupés.

Le communiqué de presse précise également à ce sujet :
"Le conseil municipal considère que cette utilisation est appropriée et conforme au zonage, compte tenu de la situation initiale". La situation initiale mentionnée plus haut fait référence à l'affaissement du sol sur le site et à des dommages présumés au système d'égouts. Par conséquent, il est allégué que, d'une part
le coût d'une éventuelle réorganisation n'est pas justifiable pour l'AOZ, et d'autre part, il n'est pas non plus possible de permettre une occupation à plus long terme.

A ce propos deux points.:

1.
L'affaissement du sol affecte une partie d'une des baraque. Au début de l'occupation, en novembre 2019, les squatters* ont convenu avec l'AOZ, qui était responsable à l'époque, de ne pas utiliser cette section. Cet accord est toujours respecté, bien que les ingénieurs responsables de la structure nous ont assurés que cette partie ne risquait pas non plus de s'effondrer.

Cet argument contre l'occupation n'est plus valable.

2.
L'affaissement du sol et les dommages au réseau d'égouts ont été causés par le chantier de construction adjacent de HRS Real Estate.
Il y a seulement six mois, l'AOZ demandait donc à HRS de lui verser une indemnité d'assurance.
Pourquoi HRS a soudainement besoin de la zone et veut la louer à la ville,
est très discutable.

D'où la demande adressée à la ville de Zurich :

Pas d'évacuation ni de démolition du Juch Areal au profit d'"installations de chantier" par les services immobiliers du HRS.
Le quartier appartient à la ville et la ville appartient aux personnes qui y vivent.

C'est pourquoi toute nouvelle utilisation du site doit bénéficier à tous les résidents de la ville et ne peut
simplement être un accord non transparent, fileté en faveur d'un géant de la construction.

Email: unten@protonmail.com
Webseite: https://juch.zureich.rip/

Zürich, Schweiz

Maps © Stamen; Data © OSM and contributors, ODbL