Skip to main content

To: La Direction Générale de la BNS

BNS: respectez les communautés affectées et vos propres règles!

Le vendredi 26 avril 2024, la Banque Nationale Suisse (BNS) a tenu son assemblée générale ordinaire (AGO) en présence des actionnaires ou délégués d'organisations d'actionnaires qui s'étaient déplacés pour l’occasion. Tous sauf deux. L'avocate argentine Mariana Katz et Orlando Carriqueo, Werken (messager) de la nation Mapuche. Bien que dûment inscrits, ils se sont vus expressément interdire l'entrée.

Ils sont les représentants de communautés affectées en Argentine et au Pwelmapu, défendant les droits de l'homme et de l'environnement. Mariana et Orlando étaient venus pour attirer l'attention de l'assemblée sur les conséquences des investissements de la BNS dans des entreprises comme Exxon, Chevron et TotalEnergies, qui exploitent le gaz et le pétrole de schiste par fracturation hydraulique en Argentine (Vaca Muerta*). La banque publique détient plusieurs milliards de dollars d'actions dans ces sociétés pratiquant la fracturation dans cette région, un procédé particulièrement polluant, rejeté par les quatorze cantons qui se sont prononcés sur le sujet.

Apparemment, la BNS ne veut pas que l'assemblée générale puisse entendre les voix des personnes directement affectées, et les a bloquées dès l'entrée. La banque prétend que seuls les membres du comité peuvent représenter leurs organisations à l'AGO. Cependant, cette règle n'a pas été appliquée aux membres des autres organisations, ni cette année, ni les années précédentes. Cette pratique est discriminatoire et intolérable, et fait suite aux critiques de l'Observatoire de la BNS pointant des lacunes dans sa direction.

Nous déplorons que la BNS en vienne à refuser la simple participation et 3 minutes de temps de parole à une avocate, membre d'une organisation fondée par un Prix Nobel de la Paix, et à l'un des porte-parole d'une nation autochtone, dont le territoire est ravagé par des entreprises dans lesquelles la BNS est actionnaire.

Nous demandons à la Banque Nationale Suisse de ne pas discriminer les voix des peuples directement affectés, lors de son assemblée générale et de cesser ses investissements dans des projets de fracturation en Argentine, tels que Vaca Muerta.

Why is this important?

La BNS doit cesser d'exclure arbitrairement toute critique de sa politique.
La BNS doit respecter ses propres directives d'investissement, qui interdisent les investissements dans des entreprises commettant systématiquement de graves dommages environnementaux et la violation massive des droits humains fondamentaux. Son soutien aux entreprises impliquées dans l'exploitation à grande échelle du gaz et du pétrole de schiste est contradictoire.
Nous demandons à la BNS d'exclure sa participation dans des entreprises causant des dommages massifs à la nature et aux droits des communautés locales, et en particulier dans les compagnies pétrolières pratiquant la fracturation hydraulique.

* Vaca Muerta est un gisement de pétrole et de gaz la taille de la Belgique. Son exploitation par fracturation hydraulique par une vingtaine d’entreprise différentes a déjà causé ces 10 dernières années, plus de 400 tremblements de terre dans des zones qui n’en connaissaient pas. Les produits chimiques utilisés contaminent l’air, l’eau et les sols, affligeant les populations locales, la faune et la flore. Les entreprises ont elles-mêmes admit plus de 3368 incidents environnementaux entre 2015 et 2018 et le gouvernement en comptait plus de 2000 en 2021.

Links

Updates

2024-05-07 19:34:26 +0200

1,000 signatures reached

2024-05-02 22:16:11 +0200

500 signatures reached

2024-05-02 17:02:26 +0200

100 signatures reached

2024-05-02 16:51:54 +0200

50 signatures reached

2024-05-02 16:47:34 +0200

25 signatures reached

2024-05-02 16:43:50 +0200

10 signatures reached