Skip to main content

An: Le Conseil fédéral

Ne nous oubliez pas : plus de moyens pour la santé mentale!

Ne nous oubliez pas : plus de moyens pour la santé mentale!

Beaucoup ont besoin d'un soutien psychologique - La pandémie a encore exacerbé ce problème, en particulier chez les jeunes. Mais tout le monde n'est pas en mesure de payer lui-même un traitement psychologique - et l'assurance maladie ne couvre souvent pas ces coûts.

C'est pourquoi le Conseil fédéral a décidé que les médecins pourront désormais prescrire un suivi psychologique - pris en charge par l'assurance maladie. C'est très bien, cependant : ce nouveau modèle n'est pas censé entrer en vigueur avant l'été 2022.

Notre revendication : Nous demandons au Conseil fédéral d'accélérer l'entrée en vigueur du “modèle d'ordonnance” ou de proposer immédiatement une solution provisoire satisfaisante.

Warum ist das wichtig?

La pandémie de Coronavirus représente une coupure profonde et durable dans notre vie à tous. De nombreuses et nombreux jeunes sont particulièrement touché.e.x.s par les conséquences psychologiques de la pandémie. Une étude de l'Université de Bâle (Nov. 2020) montre clairement une augmentation des symptômes dépressifs, en particulier chez les moins de 25 ans. Les institutions psychiatriques de la région de Bâle font également état de nombreux problèmes psychiques chez les jeunes (voir le reportage de la radio SRF).

En février, le conseiller fédéral Alain Berset a expressément salué la grande contribution des jeunes pendant la pandémie. Dans le même temps, les associations de jeunes attirent l'attention sur la situation psychologique précaire des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. La disponibilité rapide de places de prise en charge psychologique est importante pour désamorcer la situation de crise des enfants et des jeunes. Or, à l'heure actuelle, non seulement les places sont rares mais les obstacles financiers sont souvent trop importants pour de nombreuses familles et jeunes gens.

Avec la modification de l'Ordonnance sur l'assurance-maladie (OAMal) ainsi que dans l'Ordonnance sur les prestations dans l'assurance obligatoires des soins en cas de maladie (OPAS),, le passage du "modèle de délégation" au "modèle de prescription" doit avoir lieu. Cela permettrait à de nombreuses personnes touchées d'obtenir une aide psychologique plus facilement et sans frais. Ainsi, le Conseil fédéral lui-même écrit :

"Le passage au modèle de prescription peut réduire les goulets d'étranglement dans les soins aux enfants et aux adolescents, ainsi qu'aux adultes en situation de crise et d'urgence. L'ordonnance d'un médecin généraliste permet un accès plus facile et plus rapide à la psychothérapie que ce qui était auparavant requis.”

Neuigkeiten

2021-03-23 20:44:58 +0100

25 Unterschriften erreicht

2021-03-23 11:51:04 +0100

10 Unterschriften erreicht