Skip to main content

An: Conseil Fédéral

Coronavirus aggravé par l'air pollué : Interdire tous les fertilisants de synthèse polluant l'air

Coronavirus aggravé par l'air pollué : Interdire tous les fertilisants de synthèse polluant l'air

Versione italiana 🇮🇹: https://act.campax.org/p/fertilizzanti-sintetici

Madame la Présidente de la Confédération, Madame et Messieurs les Conseillers Fédéraux, 

Afin de protéger l’ensemble de la population face à la menace des fertilisants de synthèse qui - selon des études scientifiques récentes d'autorité nationale - rendent toute personne, quelque soit son âge, vulnérable au Coronavirus, et afin d’appliquer des mesures sanitaires cohérentes avec le plan sanitaire mis en place, nous appelons le Conseil Fédéral à interdire drastiquement l’utilisation de tous les fertilisants de synthèse tant que le Coronavirus menace la santé publique, et la santé de chacune et chacun.

Trois études scientifiques récentes - effectuées par des chercheurs de l'Université de Harvard, de l'Université de Sienne, de l'Université de Aarhus au Danemark, de l'Université de Bologne, de l'Université de Bari Aldo Moro, de la Société Italienne de médecine environnementale - parviennent à la même conclusion, celle qu'une exposition prolongée à la pollution de l'air provoque une inflammation des voies respiratoires, et augmente le risque de mortalité au COVID 19.
En outre, l'Université de Bari, l'Université de Bologne et la Société Italienne de médecine environnementale ont publié, dans une étude datant du mois de mars 2020, que la pollution de l'air observée en Italie du Nord est due en partie mais d'une manière inquiétante aux épandages agricoles de produits de synthèse.

Si le Conseil Fédéral devait s'inquiéter d'une économie mercantile liée aux fertilisants de synthèse, nous appelons le Conseil Fédéral à faire preuve de cohérence avec sa législation sur l'agriculture, détaillée dans son "module de l'aide à l'exécution pour la protection de l'environnement dans l'agriculture" de l'Office fédérale de l'agriculture - dont le rôle est la surveillance de la bonne application de la législation dans le domaine de l'agriculture. Dans son module, l'Office fédéral de l'agriculture déclare que « (…) la protection de l’homme et de son environnement prime les considérations économiques » (Annexes Bases légales, Point A3 – législation sur la protection de l’air).

Si le Conseil Fédéral devait s'inquiéter du rendement agricole en cette période de confinement, l'interdiction des fertilisants de synthèse n'empêchera en rien le rendement de la culture : la preuve est donnée par l'agriculture biologique, dont le rendement est le même que l'agriculture faisant appel à des produits de synthèse (la preuve scientifique a été donnée par l'Institut Rodale, soutenant la recherche en agriculture biologique, cf sources en fin de pétition), et souvent beaucoup plus élevé (cf le documentaire scientifique "Les Moissons du futur", sources en fin de pétition) grâce à ses solutions de pluri-culture et du savoir scientifique des pesticides naturels produits par les plantes.
En outre, l'agriculture biologique offre la solution écologique de l'enfouissement des fertilisants naturels également pollueurs.

Warum ist das wichtig?

Des médecins et chercheurs spécialistes de la pollution de l’air signalent que la pollution atmosphérique causée par la diffusion dans l'air de fertilisants de synthèse est un des facteurs qui aggravent la vulnérabilité de l'ensemble de la population au Coronavirus :

Les autorités scientifiques Atmo France – regroupant l’ensemble des organismes de surveillance de la qualité de l’air – signalent que l’épandage de produits de synthèse (c’est-à-dire des fertilisants chimiques de synthèse utilisés dans l’agriculture) est un des responsables de la pollution de l’air et qu’ « une exposition chronique à la pollution de l’air est un facteur aggravant des impacts sanitaires lors de la contagion par le Covid-19 ». Le Journal Le monde rapporte ces faits dans un article datant du lundi 30 mars 2020.

Les composants des fertilisants de synthèse utilisés en France sont les mêmes que ceux utilisés en Suisse : le phosphore, l’azote et l’ammoniac entre autres composent les fertilisants utilisés en Suisse, selon le site Internet officiel de la Confédération Suisse.

Il est urgent de se rendre à l’évidence sanitaire suivante : si aucune mesure sanitaire drastique n’est prise pour empêcher la diffusion de fertilisants de synthèse dans l’air, ce sera toute la population Suisse qui se retrouvera vulnérable au Coronavirus dans les jours et les semaines qui suivent. En cause de cela : la diffusion en masse des fertilisants de synthèse sur les cultures, qui a déjà commencé en partie. La pollution de l’air attaque en effet le système respiratoire de manière chronique de toute personne, jeune ou âgée. Ainsi, le Coronavirus qui représente un risque aigu pour les personnes dont le système respiratoire est affaibli, impactera la santé de l'ensemble de la population. En outre, les personnes souffrant déjà de problèmes respiratoires se retrouveront encore plus vulnérables au Coronavirus.

Des médecins et chercheurs spécialistes de la pollution de l’air et membres du collectif Air-Santé-Climat ont interpelé l’Etat Français dans un courrier adressé le 21 mars à l’ensemble des préfets. Le collectif de médecins et chercheurs alertent sur« la nécessité de limiter drastiquement les épandages agricoles, afin de tout mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus ». Le radiologue Thomas Bourdel, radiologue à Strasbourg à l’origine du collectif, ajoute l’avertissement suivant : « Si on ne limite pas rapidement les épandages, cela risque d’annihiler l’effet des mesures de confinement qui ont permis de réduire la pollution liée au trafic routier ». 

Atmo France Grand-Est signale un épisode de pollution important en France le weekend du 27 au 29 mars 2020, directement lié aux déversements de fertilisants de synthèse, et précise qu’« une part importante de particules secondaires sont formées à partir d’ammoniac et d’oxydes d’azote, l’ammoniac étant issu majoritairement des épandages de fertilisants ». Le Journal Le Monde explique que ces particules peuvent voyager sur plusieurs kilomètres. La pollution de l’air ne reste donc pas au point d’émission.   

Finalement, la directrice du département d’épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires de l’Inserm, Isabella Annesi-Maesano, détaille le mécanisme de dégradation du système respiratoire par la pollution de l’air : « La pollution abîme les muqueuses des voies respiratoires et du poumon, ce qui fait pénétrer plus facilement les virus et, par agrégation, les particules fines et ultrafines véhiculent les virus au fond des voies aériennes. »  

Sources :
- " TRIBUNE DU COLLECTIF AIR-SANTE-CLIMAT- LA POLLUTION DE L'AIR COMME VECTEUR DU COVID-19 ? ", adressée au Gouvernement Français : http://www.asef-asso.fr/actualite/tribune-du-collectif-air-sante-climat-la-pollution-de-lair-comme-vecteur-du-covid-19/

- Site Internet d'Atmo France. Article "Interactions entre COVID 19 et qualité de l'air" : https://atmo-france.org/point-dinformation-sur-les-interactions-entre-covid-19-et-qualite-de-lair-2/

- Site Internet Environmental Health. Article " Air pollution and case fatality of SARS in the People's Republic of China: an ecologic study" : https://ehjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/1476-069X-2-15?fbclid=IwAR0A5711ubrDDbaHrEYmsrKrv2E1Xdp2oDIeZv9Z5FATiS0JT55DpPdjKMc

- Etude de l'Université de Harvard : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.05.20054502v1

- Article scientifique Italien du site web de revues académique "ScienceDirect" : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749120320601?via%3Dihub

- Etude scientifique Italienne (Université de Bologne, Université de Bari, Société italienne de médecine environnementale) : https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-35178-covid-19.pdf

- Site Internet de l'Institut scientifique Rodale. Etude comparative entre l'agriculture biologique et l'agriculture dite conventionnelle (avec fertilisants de synthèse) : https://www.fnab.org/images/files/etudes/fstbrochure_rodale_institute.pdf

- Documentaire "Les Moissons du futur" de Marie-Monique Robin, 2012.

- Site officiel de la Confédération Suisse. Article " Sources de polluants atmosphériques : agriculture" : https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/air/info-specialistes/sources-de-polluants-atmospheriques/sources-de-polluants-atmospheriques---agriculture.html (dernière mise à jour le 6.12.2019)
- "Module de l’aide à l’exécution pour la protection de l’environnement dans l’agriculture" de l'Office fédéral de l'agriculture. Annexes Bases légales, Point A3 : https://www.ge.ch/document/eau-directives-notices-agriculture/annexe/3

- Journal Le Monde "Coronavirus : la pollution de l’air est un « facteur aggravant », alertent médecins et chercheurs." Par Stéphane Mandard, article publié lundi 30 mars 2020 : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/30/coronavirus-la-pollution-de-l-air-est-un-facteur-aggravant-alertent-medecins-et-chercheurs_6034879_3244.html

Kategorien

Neuigkeiten

2020-04-23 17:07:54 +0200

100 Unterschriften erreicht

2020-04-04 17:10:16 +0200

50 Unterschriften erreicht

2020-04-03 17:54:10 +0200

25 Unterschriften erreicht

2020-04-03 13:10:29 +0200

10 Unterschriften erreicht