Skip to main content

To: Maria Eugenia Campos Galván, Gouverneure, et à César Jáuregui Moreno, Procureur général de l’État de Chihuahua, Mexique

Mexique: intensifier la recherche des disparus !

Jacobo Orozco García a disparu le 10 novembre 2014 dans le village de Palomas à l’âge de 22 ans. Sa famille a rapidement signalé sa disparition. Depuis lors, elle a formulé diverses demandes d’enquête et de recherche pour localiser le lieu où il se trouve. Malgré cela, les autorités n’ont pas adopté de plan en vue d’une quelconque investigation. Elles n’ont pas non plus soutenu les groupes de travail susceptibles de faire avancer l’enquête ni respecté les accords sur le suivi du dossier.

Nous demandons aux autorités de Chihuahua de prendre urgemment les mesures nécessaires pour:

1. élaborer un plan pour la recherche et la localisation de Jacobo Orozco García. Ce plan doit inclure une analyse du contexte et la participation de ses proches, ainsi que de la Commission locale de recherche, de la Direction des Services Experts et Sciences Forensiques, et des unités d’enquête criminelle de Palomas;

2. signer l’accord de collaboration entre le Mécanisme national extraordinaire d’identification humaine (MEIF) et l’État de Chihuahua;

3. développer les procédures médico-légales d’identification des personnes selon les normes professionnelles internationalement reconnues;

4. intensifier de manière générale les recherches de personnes disparues et collaborer avec les familles et toutes les instances susceptibles de disposer d’informations.

Why is this important?

Selon le Centre des Droits Humains Paso del Norte, basé à Ciudad Juárez, et d’autres sources, les disparitions ont augmenté de manière alarmante ces dernières années. Les chiffres fournis par le Ministère public font état de plus de 4'900 personnes portées disparues dans l’État de Chihuahua entre 2010 et 2023.

Durant la même période, plus de 3'900 personnes ont été retrouvées mortes sans avoir pu être identifiées. Cette lacune est due à une défaillance chronique des services médico-légaux, dont les moyens sont insuffisants. Le Mécanisme national extraordinaire d’identification humaine (MEIF) attend que l’État de Chihuahua examine la convention-cadre de coopération avec lui. Malgré cela, ce dernier n’a pas pris les mesures nécessaires pour signer l’accord. La participation au MEIF est pourtant indispensable pour donner un nom aux milliers de corps non identifiés et lever le doute qui plane sur leur disparition. Les ressources mises à disposition des enquêteurs chargés de retrouver les victimes sont également critiquables. Les autorités ne disposent pas de processus de renseignement ni d’analyses du contexte.

Le cas de Jacobo Orozco García illustre bien cette problématique.

Le Mexique est partie à la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, dont l’article 3 prévoit que tout État partie prend les mesures appropriées pour enquêter sur les disparitions forcées et traduire les responsables en justice.

How it will be delivered

L'ACAT-Suisse collecte les signatures et les transmettra, accompagnées d'une traduction de la pétition en espagnol, à la Gouverneure et au Procureur.

Links

Updates

2024-02-08 13:40:36 +0100

10 signatures reached